Fairtale The BCBF waggles
The Stories, the People and the Magic of BCBF

Is There Something in the Air? (French)

The children's rhyme by Roberto Piumini translated into French

  |   TOPICS: Translators
post image
SUBSCRIBE TO THE BCBF NEWSLETTER

Get the latest updates in your inbox and sign up for more info!

Share this article

The children’s rhyme about the coronavirus Is There Something in the Air? (Che cos’è che in aria vola?), written by Roberto Piumini, one of Italy’s most beloved children’s authors, has been translated into French by Lucie Moreno.

author post image

Qu’y a t-il dans l’air, qui vole ?

Quelque chose que je ne sais pas ?

Pourquoi ne va-t-on pas à l’école ?

Viens, je vais en parler avec toi.

 

Virus porte une couronne

mais pour sûr, ce n’est pas un roi,

ce n’est pas non plus une personne,

mais alors qu’est-ce que cela ?

 

C’est un minuscule adversaire

si petit en vérité,

qu’un microscope est nécessaire,

si tu veux le voir de près.

 

Un sale type venimeux,

qui jamais ne se repose :

envahissant et belliqueux,

qui un peu partout s’impose.

 

Il est invisible et léger

et, dangereusement,

ce microscopique guerrier

veut entrer dans les gens. 

 

Alors nous tous devons lutter

toi, moi, et tout le monde :  

pour ne pas laisser entrer

ce minus, cet être immonde.

 

Si tu as envie d’éternuer,

au creux du coude, c’est bien mieux :

tu le fais, et je le fais,

stoppons le vol de cet affreux.

 

Quand tu sors, sitôt rentré,

Lave bien tes mains :

Tous les jours, sans oublier,

Aujourd’hui, et puis demain.

 

Avec de l’eau, et du savon,

lave longtemps et avec soin,

et s’il était là, alors le fripon

disparaît en rinçant bien.

 

Regarde si papa ou maman

se les lavent comme il faut,

se les lavent assez longtemps,

et si oui, dis-leur « bravo » !

 

Ne touche pas, avec tes doigts,

ta bouche, ton nez, tes yeux,

Ce n’est pas interdit par la loi,

Mais si tu ne le fais pas, c’est mieux.

 

Si tu rencontres des copains,

tenez-vous éloignés, en ce moment :

pas besoin de se donner la main,

pour se sentir proche des gens.

 

Et les bisous, et les câlins ?

Remettons-les à plus tard :

tant que ce sale type est dans le coin

ne laissons rien au hasard.

 

 

Si les gens sont masqués,

ce n’est pas pour Carnaval,

mais ce ne sont pas des bandits armés

venus pour te faire du mal.

 

C’est un masque gentil,

une arme contre ce vilain :

pour nous protéger de lui,

et qu’il se promène un peu moins.

 

Et tant que cette saleté

S’en va faire le mal partout,

Mon ami, sais-tu ce que je fais ?

Je reste à la maison, un point c’est tout.

 

En voilà une drôle d’idée,

justement quand il n’y a pas école !

Mais c’est la meilleure qu’il y ait

pour stopper sa course folle.

 

Et la famille, et les amis ? 

Tu les vois, tu les entends,

ils sont à la maison eux aussi, 

vous êtes ensemble à travers l’écran.

 

On peut s’aimer même à distance :

baisers et câlins, maintenant non,

mais des mots en abondance

des mots, toujours féconds.

 

Car les mots sont des présents

ce sont des graines à lancer,

de bonnes graines, portées par le vent,

à ceux que nous voulons aimer.

 

Toi et moi, je te l’assure,

en faisant attention, en étant prudents,

nous finirons par battre, c’est sûr

cet ennemi malfaisant.

 

Et qui sait, lorsque nous nous aurons

tourné cette triste page,

tous ensemble nous apprendrons,

une vie nouvelle, et plus sage. 

Roberto Piumini
Picture: Giovanna Scalfati

BCBFFIT
AITI
CEATL
STRADE

 

Share this article

Related Post